La sclérose en plaques

La sclérose en plaques est une affection neurologique chronique évolutive invalidante touchant le système nerveux central (cerveau et moelle épinière). Elle se caractérise par le développement d’une réaction inflammatoire contre la gaine protégeant les fibres nerveuses dans le cerveau et la moelle épinière, la myéline. Elle affecte également les prolongements des cellules nerveuses (axones) qui constituent ces fibres.

Les déficiences sont multiples, variables selon l’évolution de la maladie, la localisation des lésions et selon les individus. Les troubles les plus fréquents affectent la motricité (paralysies, troubles de l’équilibre ou de la coordination des mouvements), et les fonctions sensorielles (vision, douleurs et autres troubles sensitifs). D’autres atteintes sont possibles comme la survenue des troubles sphinctériens, de troubles sexuels, de troubles de l’attention et de la concentration et de troubles dépressifs. Les patients se plaignent également souvent d’une fatigue importante et spécifique de la maladie.

 

Ces déficiences peuvent réduire considérablement l’autonomie du patient et altérer sa qualité de vie. Il existe une grande variabilité dans la sévérité de la maladie, avec des formes bénignes peu invalidantes et des formes sévères, qui conduisent en quelques années à des handicaps lourds.

 

La sclérose en plaques (SEP) affecte aujourd’hui plus de 80 000 patients en France. Elle constitue la première cause non traumatique de handicap sévère acquis du sujet jeune. La gravité de la maladie tient aux incapacités qu’elle entraîne, à leur retentissement sur la qualité de vie et leur impact socio-économique. De 3 000 à 5 000 nouveaux cas sont déclarés chaque année. Elle frappe des sujets jeunes, en pleine vie active dont plus de deux-tiers de femmes.

 

La sclérose en plaques constitue la première cause de handicap neurologique acquis chez le jeune sujet en France et c’est la première cause de handicap chez l'adulte jeune après les accidents de la route.

Il s’agit d’une maladie chronique, c'est-à-dire qu’une fois contractée elle va accompagner le patient tout au long de sa vie. C’est une maladie dont le diagnostic reste difficile, dont on ne connait pas précisément les causes et que l'on ne sait pas encore guérir même s’il existe aujourd’hui des traitements de fond qui préviennent la survenue de nouvelles poussées et réduisent le risque de séquelles ainsi que des traitements permettant de diminuer l’impact des symptômes résiduels.