La Commanderie des grands vins d'Amboise

La Commanderie des Grands Vins d'Amboise est une confrérie bachique a été créée le 15 avril 1967 par un groupe de viticulteurs et d'amoureux du vin.

Elle a pour objectif la promotion des vins de l'aire d'appellation Touraine-Amboise en France, en Europe et dans le monde. Aux termes d'un arrêté ministériel en date du 11 août 2003, la Commanderie est l'une des dix confréries bachiques de France habilitée à attribuer des distinctions, en l'occurrence des « Bacchus d'Or », aux vins tranquilles dans le cadre d'un concours vinicole.

Elle doit sa dénomination au souvenir d'une commanderie de l'ordre hospitalier des Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem installée au XIIIème siècle sur l'Ile Saint Jean, située entre les deux bras de la Loire face au prestigieux Château d'Amboise.

La commanderie a pris pour devise "Nos Roys l'ont aimé" faisant référence à une charte de Louis XI de 1463 ordonnant de vendre le vin d'Amboise, avant tout autre, sur le marché de Tours témoignant ainsi de l'estime que lui portait ce roi.

La Commanderie tient, traditionnellement, deux Chapitres par an :

  • Celui de la Saint-Vincent en janvier, patron des Vignerons, qui se déroule à tour de rôle dans l'une des dix communes de l'appellation. Lors de ce Chapitre, les vignerons les plus anciens et les plus méritants du village sont mis à l'honneur.

  • Celui des vendanges qui se déroule dans les caves de la Croix-Douillard à Amboise où, ceux qui le désirent, peuvent être intronisés sur demande.

On doit à l'écrivain régionaliste Robert Morin (1893-1925), qui habita dans les années 1920 le manoir de Ménard à Pocé-sur-Cisse, l'écriture de son chef-d'œuvre : Mélie buttelière, publié en 1926. Mélie résidait dans une habitation troglodytique, située à mi-coteau, entre les hameaux de Fourchette et de Moncé à Limeray, au cœur des vignobles de l'actuelle AOC. Son métier de buttelière consistait à remonter en haut des coteaux, à l'aide d'une petite hotte appelée « buttelet », la terre ravinée par les pluies pour rechausser les ceps de vigne. À travers quelques moments de son existence, l'auteur évoque la vie et le parler savoureux des vignerons locaux au début du XXe siècle :